[logo]


Tract distribué pendant les réjouissances...
Première « Fête aux amendes » des usagers de la STIB
La réponse du CST à l’annonce du procès que lui intente la STIB

Collectif sans ticket - 25 juin 2001

On tente d’étouffer le débat sur le réseau souterrain ? Peu importe, il monte, monte, monte…



Bienvenue à cette première « Fête aux amendes » des usagers de la STIB ! Nous le savons, les discussions et les enthousiasmes se multiplient depuis quelque temps autour de la construction d’une STIB de service public, d’une STIB qui ait pour mission de combattre les inégalités sociales et spatiales par la mise en place de services accessibles à tous plutôt qu’aux seuls clients solvables.


La question de l’accès gratuit aux transports parcourt de plus en plus le réseau bruxellois, que ce soit à travers d’innombrables échanges d’informations, lorsque les voyageurs s’entraident en se signalant les contrôles, par les liens noués avec le personnel roulant, etc.

Mais si les milieux associatifs et les mandataires politiques font peu à peu écho à ce bouillonnement issu des usagers et des travailleurs des transports bruxellois, l’administration de la STIB, elle, évite soigneusement le débat. Mieux : elle s’efforce de l’interdire aux autres, en menaçant d’amendes par exemple tout usager qui informe sur l’accès gratuit ou qui en parle avec un agent de la STIB. Sa ligne de conduite actuelle est claire : se prétendre complètement extérieure aux choix politiques en matière de mobilité (« nous ne sommes qu’une entreprise commerciale ») et détourner l’attention vers les tribunaux. Aux élus ou aux juges de se débrouiller…

Dès lors, la Fête aux amendes d’aujourd’hui vise à renouer le contact, à partir sur la piste de ce chaînon manquant qu’est la responsabilité des gestionnaires de la STIB dans le quotidien de nos déplacements. Comme la seule réaction explicite fournie jusqu’ici aux usagers que nous sommes prend la forme de P.V., ceux des amendes déjà infligées et ceux des astreintes promises, nous entendons ouvrir le débat avec les agents du service de gestion des infractions.

Cette première petite fête inaugure aussi un nouveau mode de circulation de l’information sur le droit aux transports : le lâcher de ballons. Diffusés par la voie des airs, les documents témoignant du projet de l’accès gratuit (dépliants, notes manuscrites,… et, pourquoi pas ?, P.V.) ne devraient pas tomber sous le coup d’astreintes judiciaires. On tente d’étouffer le débat sur le réseau souterrain ? Peu importe, il monte, monte, monte…










Forum de l'article (1 messages)

> Première « Fête aux amendes » des usagers de la STIB    
29 juin 2003, par Hombre Feliz ?

Vive la libertée de mouvement ...
Vive les ACTIONS ...
.LA FRAUDE comme moyen de dénonciation.

Les transports gratuit ou - cher alors !!!!!!!!!!!

avis a nos ministres roulants ds de belles merdssedess que nous leurs payons indirectement grace aux impots ----- Une Reflexion s’impose non ?





Ce site est hébergé par Collectifs.Net , portail autogéré. Les textes signés par le CST sont libres de droit, servez-vous.
Il est géré grâce au Système de Publication pour l'Internet Partagé (SPIP) , soumis à la GNU General Public Licence (GNU/GPL) .
Pour contacter le "webmestre" : webcollectif-cst@altern.org .