[logo]


La fête aux amendes !
RDV le 25 juin à 14h00

Collectif sans ticket - 20 juin 2001


Si vous pensez qu’aller et venir librement à travers la cité est un bien précieux qui ne peut devenir le privilège de quelques-uns au travers d’une société qui vante les mérites de la mobilité. Si vous envisagez comme nous vos déplacements quotidiens dans les transports en commun comme des usagers acteurs et non pas en tant que consommateur de service. S’il est important pour vous de pouvoir quand vous le voulez voyager sur le réseau de la STIB mais que le prix -très peu attractif- du ticket, décourage ou entrave vos déplacements.


Si vous comprenez mal comment les politiques actuelles continuent, d’entretenir un régime de concurrence déloyale fait aux déplacements collectifs et non polluants au profit des bagnoles. Si comme nous il vous arrive même de rêver une ville où la mobilité collective et l’espace public ne se résumeraient pas essentiellement à des embouteillages et pollutions multiples, bref de rêver une ville qui ne serait plus construite autour de l’omniprésente bagnole.

Si comme nous vous refusez que les tarifs imposés pour l’accès aux véhicules STIB vous mettent devant la fatale alternative : soit de vous résigner à devenir une « personne à mobilité réduite », soit de vous transformer pour le temps du trajet au moins en un « fraudeur-profiteur-malhonnête-criminogène » c à d d’être contraint de raser les murs, toujours dans l’alerte angoissante d’être interpellé, poursuivi, racketté sur place ou jugé, passible pour ce délit de lourdes astreintes financières et le cas échéant d’être emprisonné ou d’être expulsé.

Si vous trouvez que les contrôles menés dans les trams, métros ou bus reflètent une attitude suspicieuse très peu accueillante de la part de la STIB envers ses usagers. Si vous pensez que ces contrôles alourdissent le climat, que des arrestations surprises et des contrôles manu militari au coin d’un couloir sont, infantilisants, vexatoires et anachroniques, bref, qu’ils ajoutent à la pression sociale ambiante un flicage supplémentaire indigne d’une société d’égaux. Si vous pensez que ceux qui règnent par la peur et veulent faire taire la critique sont de mauvaise souveraineté. Si vous avez déjà eut à faire à eux et que cela ne s’est pas très bien passé…. Si vous êtes poursuivit jusqu’en justice par la STIB ou que vous trouvez la logique exponentielle des amendes arrogante et injustifiable. Si vous pensez que cela ne vous touche pas seulement et ne peut trouver de réponse solutionnante dans l’enceinte confinée d’un simple tribunal de police…

Si vous pensez que la gratuité des transports en commun bruxellois répond à une triple urgence : économique, sociale et environnementale. Si vous souhaitez pouvoir encore parler au personnel STIB d’autre chose que du prix de l’abonnement. Si vous pensez que les véhicules de demain ne devraient laisser personne sur le bord du chemin. Si vous êtes prêt à parier que la ménopause cérébrale des décideurs peut se rompre par un mouvement social qui force le débat public et la volonté politique.

Alors venez le dire tout haut et faire avec nous la fête aux amendes : - amenez toutes vos amendes, P.V., Pro-Justicia, vos prunes, le bois dont vous vous chauffez, votre bonne humeur, vos tartes à la crème, votre cousine, votre grand-mère, vos instruments de musique, etc.







Forum de l'article (1 messages)

> La fête aux amendes !    
5 mai 2004

franchement , je veux bien etre d’accord avec ce principe de liberte ,mais cette rebellion , je ne peux pas trop la poursuivre avec deux amendes majore sur le dos , dite moi , que doit je faire a ce niveau , faire l’autruche ou me motiver a les payer , pour moi le choix va s’imposer simplement , quand il feront main mise sur mes compte , premierement je serai vert deuxiement je trouverai stupide le faite que vous continuez a inciter les gens a ne pas payer alors que vous ciblez surtout les personne ne roulant pas sur l’or et donc ne pouvantt pas se permetre d additionner les prunes





Ce site est hébergé par Collectifs.Net , portail autogéré. Les textes signés par le CST sont libres de droit, servez-vous.
Il est géré grâce au Système de Publication pour l'Internet Partagé (SPIP) , soumis à la GNU General Public Licence (GNU/GPL) .
Pour contacter le "webmestre" : webcollectif-cst@altern.org .