[logo]


Transversales



Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives
de David Vercauteren (en collaboration avec Thierry Müller et Olivier Crabbé), HB Editions, mai 2007.

Conflits de pouvoir, scissions, psychologisation, routines... autant de mots qui nous reviennent et marquent les histoires de groupes, aujourd’hui comme hier... comme une ritournelle qui ne nous lâche pas : "eh oui, c’est toujours comme ça !" Mais de ces histoires, de ce qui a provoqué ces "pentes" collectives, qu’en savons-nous ? N’y a-t-il pas des savoirs à cultiver pour les conjurer et activer d’autres devenirs ? Et que se passera-t-il le jour où une culture des précédents se mettra à circuler de groupe en groupe ?

2 mai 2007


En prolongement à l’émission "Boîte à outils" de ce mardi 28/01...
TERRE A TERRE : Quelles semences pour nourrir les peuples ?
Article emprunté à la revue "Archipel" de janvier 2003 (n°101)
TERRE A TERRE : Quelles semences pour nourrir les peuples ? de Dominique Guillet (Association Kokopelli) La semence, c’est le début de la chaîne alimentaire. Celui qui contrôle la semence contrôle la chaîne alimentaire et donc contrôle les peuples. Pendant 12.000 ans, au moins, les paysans et les paysannes du monde entier ont produit leurs propres semences, ont amélioré, sélectionné et créé de nouvelles variétés de céréales, de légumes, de fruits et de plantes à fibres. Qui plus (...)
28 janvier 2003


Entretien avec Isabelle Stengers
Une politique de l’hérésie (Isabelle Stengers)
par Philippe Mangeot, Stany Grelet, Mathieu Potte-Bonneville

Isabelle Stengers aime rappeler à ses interlocuteurs français qu’elle est belge : « J’essaie, dit-elle, de faire bafouiller le rapport un peu trop direct que les Français entretiennent avec l’universel. » La remarque, accompagnée d’un rire, est la variation d’un motif qui parcourt tout son travail : Isabelle Stengers demande avant tout qu’on baisse un peu de ton. Depuis la publication, en 1979, de La Nouvelle alliance, co-écrit avec le prix Nobel de chimie Ilya Prigogine, elle n’a cessé de (...)

Vacarme  14 janvier 2003


Lappersfront : après un an de résistance, négociations et actions sont au coude à coude
DERNIERS DEVELOPPEMENTS AUTOUR DU LAPPERSFORT : Comme on s’y attendait, le bois du Lappersfort a été investi ce lundi 14 octobre par un impressionnant déploiement de forces policières - 120 hommes au total, en comptant les spécialistes en escalade employés par des firmes privées. Malgré l’arrestation rapide de la plupart des occupants du bois, l’opération d’expulsion aura duré sept heures environ, le dernier défenseur de la zone menacée étant extrait sans (...)
Collectif sans ticket  7 octobre 2002


Luttes de "minorités" et politique du désir
Chimères n° 33 Le désir ne chôme pas
Depuis 68 la "CLASSE OUVRIERE" est minée par un double processus de "dissolution", en tant que sujet productif et modèle de subjectivation des conflits dans le capitalisme. En effet, les luttes de minorités (femmes, homosexuels, immigrés), qui se sont développées depuis, sont porteuses non seulement de contenus nouveaux mais aussi de rapports différents de subjectivation et de relations inédites avec l’État et les institutions. Selon Deleuze-Guattari, qui en donnent la définition la (...)
Maurizio Lazzarato  31 mai 2002


Richesse, travail et revenu garanti
Dans un passage pas très connu des Grundisse (p. 387), Marx se demande ce qu’est la richesse "une fois dépouillée de sa forme bourgeoise bornée" ; il répond qu’elle n’est rien d’autre que le développement dans l’échange universel de la totalité des facultés et capacités humaines "en tant que telles, comme fin pour elles-mêmes, mesurées selon nul étalon préétabli". Ce qui me plaît et m’intéresse par dessus tout dans ce passage, c’est que les (...)
André Gorz  31 mai 2002


"Les trois écologies" de Félix Guattari

Nous présentons ici un extrait d’un texte de Félix Guattari, que Le Monde diplomatique a présenté comme une sorte de "testament philosophique". La réflexion y est ambitieuse et totalisante. Elle centre néanmoins son analyse sur l’importance de la singularité de chacun d’entre nous, en nous et face aux autres. Une façon bien à lui de concevoir la place de l’individu dans notre société. [1]

Consultez aussi les émissions "Boîte à outils", exploration radiophonique des contours possibles d’une écologie plurielle, d’une écosophie. Si vous éprouvez des difficultés à les télécharger, contactez-nous... ou patientez jusqu’à la mise en ligne de leur transcription :-)

31 mai 2002


Quel avenir pour les nouvelles formes de contestation en Europe ?

Ce texte fut réalisé dans la période précédant le sommet européen de Laeken. A la suite d’une perquisition organisée par la police fédérale du métro dans les locaux du Collectif sans ticket et en réponse au délire sécuritaire qui anime un certain nombre de personnes dans les sphères du pouvoir, il nous a semblé important d’ organiser un séminaire sur la question des liens entre désobéissance civile, libertés publiques et droit pénal (Vous pouvez aussi entendre le séminaire sur le site du député fédéral belge Vincent Decroly).

Collectif sans nom  14 septembre 2001


Ecosophie ou barbarie
In EcoRev’

S’appuyer sur la subjectivité, les mentalités pour dépasser l’économie (Les trois écologies de Félix Guattari).

Consultez aussi les émissions "Boîte à outils", exploration radiophonique des contours possibles d’une écologie plurielle, d’une écosophie. Si vous éprouvez des difficultés à les télécharger, contactez-nous... ou patientez jusqu’à la mise en ligne de leur transcription :-)

Valérie Marange  1er mai 2000


Résister c’est créér, en Argentine comme en Belgique...
Manifeste du Réseau de Résistance Alternatif
Buenos Aires
1. Résister c’est créer Contrairement à la position défensive qu’adoptent le plus souvent les mouvements et groupes contestataires ou alternatifs, nous posons que la véritable résistance passe par la création, ici et maintenant, de liens et de formes alternatives par des collectifs, groupes et personnes qui, au travers de pratiques concrètes et d’une militance pour la vie, dépassent le capitalisme et la réaction. Au niveau (...)
septembre 1999


entretien avec Yann Moulier Boutang
L’art de la fugue (Yann Moulier-Boutang)
Propos recueillis par Stany Grelet.

Je ne pense pas que nos modèles complexes fonctionnent comme des moteurs à pistons et à explosion, avec des gens qui seraient les pistons et d’autres qui serviraient simplement de carburant et d’énergie. Je ne pense pas que le modèle énergétique du travail soit le bon : du muscle consommé, bon à prendre puis à jeter, qui produit simplement de la valeur. Aujourd’hui la création de richesses s’opère par la coopération, l’échange, la communication. Et c’est en vue de mieux pomper ces vraies ressources que le capitalisme est en train d’essayer de s’organiser. Donc cela veut dire que l’on se trouve face à un champ de ressources, intellectuelles, pratiques, subversives, beaucoup plus large.

Vacarme  mai 1999














Ce site est hébergé par Collectifs.Net , portail autogéré. Les textes signés par le CST sont libres de droit, servez-vous.
Il est géré grâce au Système de Publication pour l'Internet Partagé (SPIP) , soumis à la GNU General Public Licence (GNU/GPL) .
Pour contacter le "webmestre" : webcollectif-cst@altern.org .