[logo]


Titre 3 : POSTURE ET QUESTIONS METHODOLOGIQUES.

Groupe de "recherche-action" - décembre 2000


En cohérence avec le concept même de recherche-action, le texte qui suit, même s’il est souvent formulé de manière affirmative, doit être compris comme un énoncé d’hypothèses de travail et de réflexion.

Nous l’avons affirmé à de multiples reprises : notre posture ne se veut ni celle du scientifique (fut-il collectif) capturant de l’information pour lui-même ou au service des pouvoirs, ni celle du militant conscientiseur, prétextant une recherche pour inonder le champ de ses présupposés idéologiques et de ses revendications propres.


Il s’agit au contraire d’une part de nous mettre à l’écoute de « ce qui se passe » et de la parole de ceux qui le font vivre, y compris de ceux qui, avec nous, mènent la recherche, un peu comme si nous ne savions rien d’eux (ou en tout cas pas grand chose). Partir avec des questions, un regard neuf, et non avec des réponses. Il s ‘agit d’autre part d’articuler le dispositif autour d’une mise en circulation la plus fluide possible de ce qui nous est dit, révélé, raconté, pour en permettre la capture et l’interprétation (par et pour eux-mêmes) du plus grand nombre possible d’acteurs. Faire circuler donc, mettre en connexion ce qui ne l’est pas et, par-là, renforcer pour les acteurs, et pour nous-mêmes en tant qu’acteurs singuliers, tant leur autonomie que ce qui peut entre eux faire du lien, générer de la coopération, produire du Sens !

Cette option entraîne deux types de démarche :
-  recueillir la parole individuelle ou collective, sous de multiples formes ;
-  la renvoyer tant à ceux qui l’ont produite qu’à ceux qui, ailleurs, en ont produit une autre.

Au départ, le premier type de démarche reposerait sur trois dispositifs possibles :
-  recueil de récits de vie individuels (par interviews individuelles et ouvertes, reportages-photo, tournages vidéo) ;
-  animation de discussions thématiques par groupes homogènes, alimentées éventuellement par des supports (projection de films, circulation de photos, intervention théâtrale, groupe de lecture, …) ;
-  observation participante dans des dispositifs d’auto-analyse collective, initiés par les personnes concernées (il s’agit ici de recueillir des paroles collectives sur des pratiques collectives, n’excluant pas le recours ultérieur au récit de vie individuel et excluant par contre l’interventionnisme en tant que « technicien analyseur » de problèmes groupaux ou institutionnels).

Le deuxième type de démarche, celle de l’organisation progressive et modulable des feed-back collectifs, s’inscrirait-elle aussi autour de trois dispositifs possibles :
-  investir pour ce faire, de manière ponctuelle, voire récurrente, et sur le mode de la coopération, les espaces « amis » ou « acquis », ceux que nous avons identifiés comme « espaces publics autonomes » ;
-  tenter un investissement, une appropriation progressive, avec les acteurs concernés (bénévoles/usagers) d’espaces agrégés pertinents, parce qu’ils y sont actifs et/ou utilisateurs, mais qui ne sont pas nécessairement « acquis » d’emblée (ex : abris de jour, restos « du cœur » ou communautaires, …) ;
-  organiser, de manière autonome et occasionnelle, des moments d’agrégation dans des espaces « prêtés » ou « loués ».

A chacun de ces moments feed-back s’organiserait donc un dialogue public, à partir de la présentation d’une « prise de parole » (orale, écrite, exposée, théâtralisée, filmée, …) de l’équipe de recherche ou d’une partie d’entre elle, élaborée seule ou avec le soutien d’intervenants « ressources ». A moyen terme, il pourrait s’agir de « prises de parole », individuelles ou collectives, créées par certains sujets de la recherche : création collective en atelier-théâtre, récit de vie raconté en public, texte auto-produit, reportage photo autobiographique, prise de vue de « mon » environnement, …











Ce site est hébergé par Collectifs.Net , portail autogéré. Les textes signés par le CST sont libres de droit, servez-vous.
Il est géré grâce au Système de Publication pour l'Internet Partagé (SPIP) , soumis à la GNU General Public Licence (GNU/GPL) .
Pour contacter le "webmestre" : webcollectif-cst@altern.org .