[logo]


22 décembre 2000
Tarif zéro : un pas de côté

Collectif sans ticket - 22 décembre 2000


Trop souvent les usagers ne perçoivent pas dans leurs voyages la nature réelle du travail fourni par le personnel de la STIB et en particulier par le personnel roulant, dont leur déplacement dépend directement.


Communiqué du Collectif sans ticket à l’occasion de l’opération « tarif zéro » en cours à la STIB

Un vent nouveau souffle dans les transports en commun bruxellois...

Trop souvent les usagers ne perçoivent pas dans leurs voyages la nature réelle du travail fourni par le personnel de la STIB et en particulier par le personnel roulant, dont leur déplacement dépend directement.

En mouvement depuis plus de 2 ans, le Collectif sans ticket (CST) entend promouvoir un réinvestissement ambitieux des et dans les services publics de transport et leur refonte par ceux qui les font exister au quotidien.

Il n’y a en effet de service public que s’il est accessible à tous.

La sélection financière imposée à l’entrée des véhicules n’a pas autant une justification économique qu’une fonction symbolique : elle contribue à diviser l’intérêt commun et universel qui lie usagers et personnel.

L’initiative “tarif zéro” entamée ce 22 décembre 2000 est à cet égard d’ores et déjà une franche réussite, à 3 titres au moins :

= elle concrétise la construction d’un service public “par en bas”, par et pour les premiers intéressés, en dépassant la trop classique opposition entre grévistes et non grévistes ou entre travailleurs en lutte et clients passifs, spectateurs parfois irrités d’un arrêt de travail auquel ils peuvent difficilement participer ;

= elle riposte avec une efficacité inédite aux projets commerciaux de la direction de la STIB, en redistribuant à la source les recettes voyageurs globales et en brouillant les cartes d’un “marché” du transport dans lequel la capacité à faire circuler l’argent prime sur la valeur collective et individuelle des déplacements eux-mêmes ;

= par cette action le personnel répond à la stratégie managériale de grignotage progressif de ce qui fait le quotidien du travail (émiettage des temps de pause, contrôle des cadences et de la productivité, suppression de primes,...). Mieux : les salariés de la STIB façonnent déjà par la pratique une organisation du service presté qui allège la charge de travail, diminue les motifs de stress et les risques d’insécurité dus à la présence d’argent, transforme le regard porté sur leur fonction et sur le rôle même des transports publics comme vecteurs de justice et d’égalité.

Les agents de la STIB prennent aujourd’hui l’initiative et la responsabilité d’effectuer un “pas de côté”, de se mettre en risque pour préserver le bien commun. Le Collectif sans ticket et les usagers qui le font vivre saluent la lutte ainsi menée et s’y joignent dès maintenant.








Ce site est hébergé par Collectifs.Net , portail autogéré. Les textes signés par le CST sont libres de droit, servez-vous.
Il est géré grâce au Système de Publication pour l'Internet Partagé (SPIP) , soumis à la GNU General Public Licence (GNU/GPL) .
Pour contacter le "webmestre" : webcollectif-cst@altern.org .